mercredi 14 septembre 2016

This Savage Song - V.E. Schwab



DystopieFantastique

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NE Suite: Our Dark Duet


Resume
There’s no such thing as safe in a city at war, a city overrun with monsters. In this dark urban fantasy from author Victoria Schwab, a young woman and a young man must choose whether to become heroes or villains—and friends or enemies—with the future of their home at stake. The first of two books.

Kate Harker and August Flynn are the heirs to a divided city—a city where the violence has begun to breed actual monsters. All Kate wants is to be as ruthless as her father, who lets the monsters roam free and makes the humans pay for his protection. All August wants is to be human, as good-hearted as his own father, to play a bigger role in protecting the innocent—but he’s one of the monsters. One who can steal a soul with a simple strain of music. When the chance arises to keep an eye on Kate, who’s just been kicked out of her sixth boarding school and returned home, August jumps at it. But Kate discovers August’s secret, and after a failed assassination attempt the pair must flee for their lives.


Ayant entendu énormément de bien à propos de cette auteure, j’ai eut envie de tenter l’expérience avec une de ses dernière sortie. Cette dystopie avait tout pour me convaincre, et elle l’a fait avec brio.

This Savage Song, c’est l’histoire d’une ville ravagée par des monstres nés des crimes des hommes, et coupé en deux. Le nord est dirigé d’une main de fer par Harker, un homme sans foi ni lois, qui vend sa protection, tandis que dans le sud l’armée de Flynn, protège du mieux qu’elle peut tous ceux qui y vivent. Kate Harker veut devenir aussi forte et impitoyable que son père. August, souhaite simplement être aussi humain que le sien. Malheureusement, il est tout ce que les hommes redoutent. Alors que la paix entre les deux familles est mise à mal, Kate et August vont devoir travailler ensemble pour la maintenir.

« The beautiful thing about books was that anyone could open them. »


La dualité entre Kate et August est très bien menée par l’auteure. J’ai adoré voir que pour une fois, c’est la jeune femme qui est présentée comme badass, et l’homme qui se retrouve être bien plus soft. Bien sûr, August cache aussi des côtés plus noirs, mais il est en général bien plus doux et gentils que Kate. Malgré cette différence de caractère, V.E. Schwab ne rentre pas dans les clichés. Les deux jeunes gens que nous suivons, ne sont pas tout noir ou tout blanc. Ils se sont forgé une carapace pour vivre dans ce monde dangereux, mais ils cachent au fond d’eux autant de peurs, et de cauchemars que n’importe quel jeune de leur âge.

Les voir évoluer ensemble était très intéressant. Ces deux enfants d’ennemis jurés devraient se haïr, et pourtant, ils ne se laissent pas aveugler par la haine de leurs parents. Ils ne se font cependant pas confiance à cent pour cent, d’où les moments de doutes, et les situations étranges auxquelles ils vont faire face. On ne sait jamais si l’un va trahir l’autre en le livrant à sa famille, ou s’ils vont continuer à travailler ensemble. Tout va tellement vite, que nous avons peu le temps de connaître tout de ces personnages, et cette part de mystère nous laisse dans le suspens. Ce qu’on pense croire de l’un ou l’autre pourrait bien se révéler faux, et tous les plans que nous avons échafaudés être réduits à néant !

« People are users. It’s a universal truth. Use them, or they’ll use you. »


J’ai été touchée par les deux personnages. August par sa recherche d’humanité, son envie d’être plus que ce que tout le monde considère, et Kate par celle d’être acceptée par son père, et de vivre comme n’importe quelle famille. Elle s’y prend peut être de la mauvaise façon, mais on comprend que ce qui motive ses actions est bien plus que l’envie de diriger une partie de la ville. Elle veut simplement retrouver l’amour de son père.
La composante musicale amenée par August (et devinée dans le titre), apaise notre lecture, et je trouve est très bien intégrée à toute l’histoire. Elle amène un peu de douceur dans ce monde de brute.

« We are the darkest acts made light. »


L’action est quasiment sans interruption à partir du moment où elle démarre. Le début du roman permet la mise en place des éléments importants, et il est très rapide. Ensuite, nous avons à peine le temps de souffler. Dès que nous avons l’impression que nos protagonistes sont enfin tirés d’affaire, quelque chose d’autre vient chambouler la balance. Vous l’aurez compris, il n’y a donc pas vraiment de place pour une amourette, et étrangement j’ai aimé cela. Nous nous concentrons vraiment sur l’intrigue principale, sans nous laisser détourner de l’objectif par des sentiments amoureux, que j’aurais eu du mal à voir éclore au vue des circonstances.

« It was a cycle of whimpers and bangs, gruesome beginnings and bloody ends »


L’auteure a construit un monde dystopique novateur. Un mélange de post apocalypse, dans un monde encore proche du nôtre, et avec des monstres tout à fait nouveaux. La mythologie qu’elle a construit autour des différentes races de ces derniers m’a fasciné. Au final nous en savons assez peu, tout comme les personnages que nous rencontrons, mais c’est assez pour éveiller ma curiosité, et avoir envie d’en découvrir plus dans la suite. V.E Schwad a donné vie aux crimes des hommes, en leur associant la création d’un monstre plus ou moins dangereux en fonction de la gravité de ce dernier. C’est l’homme qui a créé son pire ennemi, en commettant ces actes horribles que nous voyons bien trop souvent aux informations. Pour une fois ce n’est pas une expérience chimique, ou la nature, qui a transformé notre monde, c’est nous même en réalisant des crimes inhumains !

Ne vous attendez pas à une partie de plaisir en ouvrant ce livre. La violence est est peinte sur toutes les pages, et elle vous fera plonger dans ce monde sombre et sans pitié jusqu’à ce que vous aillez dévoré toutes les pages.
Pour moi ce premier tome est une réussite, et j’attends bien évidemment la suite !

mercredi 7 septembre 2016

Les Michetonneuses - Rose Emilien



Contemporain

VF Lu en Version Française
NVO Auteure francophone
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NNE Standalone


Resume
Heaven Alighieri est trop belle pour être pauvre. Un principe comme un autre auquel croit dur comme fer cette jeune michetonneuse. Pour subvenir à ses besoins, elle écume les soirées branchées de la capitale avec ses inséparables copines : Anissa la pulpeuse, Stéphanie la blonde fashion addict, et Maya l’intello qui carbure à la poudre. Armées de leur plastique de rêve et d’un culot à toute épreuve, prêtes à toutes les folies pour un sac Chanel, une paire de Louboutin ou une robe Azzeddine Alaîa, nos quatre bombes sexuelles rivalisent d’ingéniosité pour épingler le gros poisson : champions de foot, artistes, hommes d’affaires … tout mâle est bon à prendre pourvu qu’il ait une carte Infinite Black, meilleur aphrodisiaque pour ces courtisanes des temps modernes.

Insouciante mais bien déterminée à se faire une place au soleil, Heaven ne lésine pas sur les stratagèmes pour accrocher ses conquêtes. Mi-Nana, mi-Zahia, son existence est rythmée par des déjeuners avec des hommes mariés, des séances de sport pour garder la ligne et des virées shopping rue Saint-Honoré.

Mais le jour où Heavy décide de séduire N., le rappeur à la mode, sa vie de champagne et de stilletos sur fond de rap-dancehall prend un nouveau tour…


Nous faisons la rencontre d'Heaven, une jeune métisse qui vit à Paris depuis quelques années. Pour elle et sa bande de copines toutes aussi belles les unes que les autres, ce n'est pas leur travail bien payé qui leur permet de se payer des chaussures ou des robes hors de prix. Non, ces demoiselles sont des michetonneuses, et passent leurs soirées à écumer les clubs branchés à la recherche de leur prochaine victime: un riche milliardaire, ou une star de la télévision, qui subviendra à leur besoin pour les prochaines semaines à venir.

Le plus gros point positif du livre, se situe pour moi dans la moral qu'il développe derrière cette histoire décalée. L'auteur nous montre en effet l’innocence de ces jeunes femmes, qui croient que leur beauté leur ouvrira la porte du monde. Elles sont prête à donner leur confiance à des gens qui finissent par se retourner contre elles, qu'ils soient de leur cercle proche ou non. Ce monde ressemble en tout point à celui des paillettes: tout le monde est prêt à tout pour rester au top, même à trahir des personnes qu'ils affectionnent.

Ces personnages sont hétéroclites nous font entrer dans un Paris branché, souvent inaccessible à des personnes comme moi. Heaven et ses amies sont d'origines très différentes, et on retrouve cela dans leur caractère et leur façon de réagir à un même événement. La gente masculine aussi balaie tous les genres. De l’arrogance à la tendresse, ils ont chacun leurs bons et leurs mauvais côtés (même si certains ont quand même plus de mauvais !)

J'ai malheureusement eut du mal à m'attacher à Heaven, notre personnage principal. Nous n'avons certes rien en commun, mais de cela, j'étais consciente avant d'ouvrir le livre. Ce n'est pas ce point qui m'a rebuté, mais plutôt son langage. Je suis tout à fait consciente que beaucoup de personnes de mon âge parlent de cette façon aujourd'hui, mais j'ai toujours autant de mal à m'y faire. Dans la bouche d'une femme, et surtout dans un livre, je trouve que cela jure.
Je ne cherche pas là à critiquer l'auteure, car je sais qu'elle a voulu peindre son histoire au plus proche de la réalité. Ce que je veux dire là, c'est qu'avec moi ça ne l'a pas du tout fait. J'ai à chaque fois buté sur ces mots et ces phrases mal construites. De plus, le point de vue subjectif parsème le récit de ces derniers et non seulement les dialogues, et c'est ce qui m'a fait sortir de ma lecture à chaque fois. Je pense que si ces derniers ne m'avaient pas tant rebuté, j'aurais eut un avis bien plus positif sur cette lecture.

L'autre petit bémol se situe pour moi à la fin du roman. Certes elle est plus amère que le reste du récit, et non avare en rebondissements, mais je n'ai pas compris le dernier paragraphe. Notre héroïne a apprit de ses erreurs, et a grandi, et même si je ne m'attendais pas à une fin fermée, j'ai l'impression qu'elle ne prend pas de vrai décision, et qu'elle va continuer à vivre selon le mode de vie michetonneuse, au lieu d'aller de l'avant. Peut être n'ai-je tout simplement pas saisie tout le sens de la dernière phrase, mais c'était mon ressenti.

Pour résumé, il s'agit là d'une lecture instruisante, qui m'a permis de découvrir un nouveau "monde", mais qui me laisse un peu amère à cause de mon aversion pour ce langage vulgaire qui se développe de plus en plus.

jeudi 1 septembre 2016

Loin de tout - J.A. RedMerski



New AdultRomance

VF Lu en Version Française
VO Titre en VO: The Edge of Never
1I Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnage
NE Suite: Près de toi


Resume
Après avoir perdu son premier amour dans un accident, Camryn, 20 ans, plaque tout pour partir à l'aventure. c'est alors qu'elle rencontre Andrew, qui n'a pas été épargné par la vie lui non plus. Camryn a beau s'être juré de ne plus jamais tomber amoureuse, l'amour se révèle à elle sous de multiples facettes au cours de ce voyage. Un road trip improvisé qui marque le début d'une nouvelle existence exaltante. mais l'insaisissable Andrew cache un secret qui peut les lier à jamais ou les détruire pour toujours...


Voilà une lecture dont j’avais entendu beaucoup de bien. Un road trip à travers les Etats-Unis, une jeune femme au passé tragique, et une rencontre inoubliable. Malheureusement pour moi, ce voyage ne m’a pas tant enchanté.

Nous faisons la rencontre de Camryn, la vingtaine, et une vie compliquée depuis la mort de son petit-ami. Elle décide alors, de but en blanc, de partir sur la route, pour essayer de se retrouver. C’est dans un de ces bus traversant le pays qu’elle va rencontrer Andew, un jeune homme charmant, qui va l’aider à se retrouver elle-même. Cependant, ce dernier semble cacher un secret qui pourrait bien mettre fin à leur voyage.

« Cette fille vient de me caresser l'âme du bout des lèvres. »


La première partie du roman était très agréable. J’ai bien aimé le tempérament un peu rebelle de Camryn, ainsi que son côté plus dépressif, qui la rendait bien réelle. Bien que l’accident de son petit-ami ait eut lieu il y a des années, elle a du mal à se remettre de cette étape complexe de sa vie. Sa meilleure amie Nath, pleine de vie, et joyeuse m’a aussi beaucoup plû.

La rencontre entre Camryn et Andrew est très bien amenée par l’auteure. Je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre, mais je ne voulais pas quelque chose comme “On vient de se rencontrer: et si on partait en voyage tous les deux.” Non, les circonstances sont très différentes, et, je pense, assez plausibles. Andrew est un homme en plein doute. Lui aussi est en train de vivre des moments difficiles, et pourtant, il réussit à faire sourire notre héroïne. Il a ce côté protecteur à faire craquer, et surtout, un humour qui se marie à la perfection avec celui de Camryn.

« Les meilleurs amis, peu importe ce qu'ils font, ne vous blessent autant que parce qu'ils sont, justement, vos meilleurs amis. »


En fait ce qui m’a dérangé, c’est tout ce qui va se passer à partir d’une certaine scène, la première un peu olé-olé. L’auteure va alors s’orienter vers une toute autre voie: celle du plaisir et la découverte sexuelle. Ce n’est pas que le sujet ne me plaît pas, mais j’ai trouvé qu’il ne se mariait pas vraiment avec le thème du livre. De plus, Andrew et Camryn vont alors commencer à succomber l’un à l’autre, et cela va se réaliser trop vite à mon goût. C’était trop peu réaliste. D’un seul coup, ces deux personnes qui ne se connaissaient ni d’Adam ni d’Eve il y a quelques jours, couchent ensembles et parlent presque de grand amour… J’aurais aimé voir plus de doute, et j’ai faillis le voir… avant que tout retombe trop vite à l’eau…

« Peu importe ce que tu as sur le dos, ce qui compte, c’est où tu vas et ce que tu fais. »


Je n’ai pas non plus été touchée par les personnages. Je crois que j’ai mis beaucoup de distance entre eux et moi, ce qui ne m’a pas aidé à plonger dans le récit. La fin est peut être un peu trop “grosse”. On sent la chose venir quelques chapitres plus tôt, et je n’ai pas non plus été émue par ce qu’il va en découler.

Bref, il ne s’agit pas pour moi d’une lecture réussi. Peut être a-t-elle été teintée par mes dernières lectures coup de coeur, néanmoins ce n’est pas un livre dont je me souviendrais.

mardi 30 août 2016

Charley Davidson - Darynda Jones



ContemporainFantastique

VF Lu en VF
VO Titre en : First Grave on the Right
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NE Suite: Deuxième Tombe sur la Gauche


Resume
Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C’est moi.

Mon nom c’est Charley et je suis la Faucheuse.

Les morts, je connais : j’en vois depuis que je suis née. Des fois, je les aide à faire des trucs du genre laisser un mot à leurs proches ou traquer leur assassin... Ça tombe bien parce que je suis aussi détective privée ! Pratique, non ? Ce qui l’est moins, c’est que les gens autour de moi ont du mal à y croire. Comme Swopes, l’agent avec qui je bosse : je voudrais qu’il me lâche un peu la grappe.

Cela dit, je pourrais le gérer si je n’avais pas d’autres chats à fouetter... comme ce bel inconnu qui vient me rendre visite toutes les nuits dans des rêves torrides et dont j’aimerais bien découvrir l’identité...


Cette héroïne pleine d’humour, m’a surprise dans le bon sens du terme, et m’a divertie avec son histoire peu commune et surtout pas prise de tête.

Charley n’est pas une jeune femme comme les autres. Depuis sa plus tendre enfance, elle peut voir ceux qui ne sont pas passés de l’autre côté. Les aider à accomplir leurs derniers souhaits, et surtout prêter main forte à son oncle pour résoudre des enquêtes de meurtre, tout en tenant son cabinet de détective privé, voilà ses buts dans la vie. Ah oui, et bien sûr, découvrir qui est le personnage principal des rêves érotiques qui s’emparent d’elle chaque nuit depuis quelques semaines.

« L'important, dans la vie, ce n'est pas de se découvrir soi-même. C'est le chocolat. »


Charley nous emmène dès les premières pages dans vie un peu déjantée. On a l’impression qu’elle ne s’arrête jamais ! Le lecteur n’a pas vraiment le temps de souffler, car elle a toujours une quantité de choses à faire, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel. Au moins, on ne s’ennuie pas !
J’ai beaucoup aimé son humour un peu décalé, surtout envers les morts. Elle n’hésite pas à les taquiner, et surtout à rire de son étrange don. Peu de personnes en connaissent la nature, et c’est assez loquace de voir ceux qui l’apprennent en action. Comme beaucoup, ils font tout pour la croire folle plutôt que d’accepter que ce qu’elle dit est vrai. Derrière cette façade un peu dure, on sent que les choses l’affectent plus qu’elle ne le laisse entrevoir. Le rejet des autres, ce fardeau dur à porter, tout ce qu’elle aurait préféré ignorer… Ce n’est pas toujours simple d’être dans sa peau.

« Faire semblant de boire du café, c'était comme stimuler un orgasme. Où était le plaisir la-dedans, je vous le demande? »


Ce que j’ai aimé aussi, c’est ce côté un peu badass. Elle n’a pas peur de se mettre en danger, surtout pour faire éclater des vérités. Bon, je suis d’accord, parfois elle en devient un peu casse-cou, mais cela va tellement bien avec son personnage.
A côté, nous en avons une ribambelle d’autres personnages, tous aux caractères et passés différents. Cookie, sa meilleure amie, est tout aussi rigolote qu’elle, son oncle a l’air d’un gros nounours, et puis surtout, il y a cet homme mystérieux qui éveille la sensibilité de Charley, et la laisse en émoie. Il apporte beaucoup de sensualité à l’histoire, ainsi que du mystère. J’ai aimé que cette quête sur son identité, se superpose à l’intrigue principale du livre, à savoir la résolution d’un triple meurtre. Comme je le disais plus haut, on n’a pas vraiment de quoi s’ennuyer entre les problèmes à résoudre dans sa vie personnelle, et dans sa vie professionnelle.

« Je m'étais effondrée comme une cow-girl ivre essayant de danser le madison sur du Métallica. »


Pour finir, cette mythologie autour des fantômes et de la mort, que l’auteure a développé ici, est très intéressante. Nous découvrons certaines choses en même temps que Charley, cette dernière nous en conte d’autres, mais on se rend vite compte qu’elle-même ne sait pas tout. Je pense que les autres livres nous réservent encore des surprises et des rebondissements !

Broken Prince - Erin Watt



ContemporainRomance

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NE Suite: Twisted Palace


Resume
These Royals will ruin you…

From wharf fights and school brawls to crumbling lives inside glittery mansions, one guy tries to save himself.

Reed Royal has it all—looks, status, money. The girls at his elite prep school line up to date him, the guys want to be him, but Reed never gave a damn about anyone but his family until Ella Harper walked into his life.

What started off as burning resentment and the need to make his father’s new ward suffer turned into something else entirely—keep Ella close. Keep Ella safe. But when one foolish mistake drives her out of Reed’s arms and brings chaos to the Royal household, Reed’s entire world begins to fall apart around him.

Ella doesn’t want him anymore. She says they’ll only destroy each other.

She might be right.

Secrets. Betrayal. Enemies. It’s like nothing Reed has ever dealt with before, and if he’s going to win back his princess, he’ll need to prove himself Royally worthy.


Voilà un petit moment que j’attendais cette sortie. Après un premier tome entraînant, époustouflant et cette fin en cliff hanger, je n’en pouvais plus d’attendre. Cette suite nous plonge directement à la fin des événements du premier, mais elle m’a laissé plus dubitative…

« She’s mine and always has been. From before we even met, she was mine and I was hers. I fought it too long, but I’m giving in now. I’m all in now »


Ce que j’ai apprécié dès le premier chapitre, c’est que l’auteur (ou plutôt les auteurs), nous font découvrir le point de vue de Reed. Ce jeune homme énigmatique, qui en fait baver à Ella avant de tomber sous son charme, sans complètement y céder, nous livre une partie de ses secrets. On découvre ce qu’on avait déjà imaginé de lui: un homme blessé par la perte de sa mère, par un père qui s’est toujours peu occupé de lui, et envers qui il ne ressent que de l’animosité, et une famille que l’argent a corrompu, et où tous les frères Royals cachent une part de noirceur. Ce n’est pas un tableau très jolie à voir, mais il permet au lecteur d’avoir un peu plus de réponses à ses questions, et de se sentir plus proche de tous les Royals.
Car oui, bien qu’ils aient tous de nombreux défauts, ils ont chacun une part attachante, que ce soit Easton, par sa recherche d’une figure maternelle stable, Gideon,et cet air malheureux qu’il transporte partout, ou Reed, et son coeur brisé ne demandant qu’à être réparé.

Ella elle-même commence à les voir tels qu’ils sont en réalité, derrière la façade qu’ils montrent au monde. Ce deuxième tome est partagé entre les points de vue de Reed et Ella, donc nous ne perdons pas de vue notre jeune femme rebelle, et forte. Là encore, elle m’a touchée par son caractère fort. Face à l’adversité, elle ne se laisse pas abattre !

« I’ve spend the last couple of years trying to destroy everything around me. Who knew success would taste so bitter. »


L’un des points faibles de ce tome en revanche se situe pour moi au niveau de l’histoire de Reed et Ella. Nous comprenons le pourquoi du comment de la fin du premier roman, en revanche, Ella va se laisser trop rapidement convaincre. J’aurais aimé qu’ils se tournent un peu plus autour, et que Reed soit obligé de montrer patte blanche avant de regagner son amour. Bon, là encore, c’est l’amoureuse des histoires compliqué qui parle !

Ne vous inquiétez pas, tout ne va pas être si facile pour le couple. Les histoires de famille vont venir s’y ajouter. On se concentre cette fois sur l’importance de cette dernière et le fait que les Royals n’ont pas agit comme tel depuis des annés.
De l’action, et des rebondissements nous empêchent de nous reposer sur nos lauriers. Des choses que je n’avais pas vu venir, d’autres qui semblent un peu plus évidentes, mais qui restent assez plausibles. Et puis bien sûr, une fin en apothéoses qui nous oblige à nous mettre à genoux devant les auteurs pour qu’ils nous livrent le dernier tome rapidement !

lundi 29 août 2016

Until Harry - L.A. Casey



ContemporainRomance

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NNE Standalone


Resume
He was my best friend, my best not-really-big-brother, and my best protector.

He was my best everything.

He was mine.

Coming home is hard for Lane. Hard because Harry, her beloved uncle, has died suddenly, but also because of him. Kale.

Kale Hunt has been her best friend since childhood. But it was never that simple. He was Lane’s reason for leaving home and moving to New York. Seeing him with someone else, in love with someone else, shouldn’t have hurt. But it did. It really, really did. So she upped sticks and left, started a new life and cut herself off from her past.

But now she’s back, and all the feelings are right there. As if she had never left.

Emotions are running high for everyone, and tragedy has a funny way of bringing people together. But is Lane reading the signs right? Are they still just friends, or is there something more?


Une belle histoire d'amitié et d'amour, qui m'a permis de m'évader de mon quotidien et de plonger dans l'histoire de Lane et Kale. Je ne savais pas vraiment quoi attendre de ce livre. Le synopsis est peut être précis, il ne nous laisse pas d'indice sur la façon dont vont se dérouler les événements. J'ai beaucoup aimé les personnages créés par l'auteure, ainsi que les choix qu'elle va leur faire prendre pour les amener jusqu'à une fin tout en tendresse.

Je vous ai parlé d'amitié car Kale et Lane sont amis depuis l'enfance. Ils n'ont peut être pas le même âge, ils ne se sont cependant jamais quittés d'une semelle. Protecteur, il veille sur elle comme un frère, tandis qu'elle a fait de lui son tout. Car oui, il était tout pour elle... peut être trop même, car lorsqu'il va lui faire comprendre que ses sentiments ne sont pas réciproques, et qu'il commence à construire sa vie avec une autre, la jeune femme a besoin de prendre de la distance. Voilà six ans qu'elle a quitté le pays, or un événement tragique va l'y ramener...

Pour moi il s'agit d'une très bonne lecture. Bien qu'il ne soit pas élevé au rang du coup de coeur, ce livre m'a fait passer un très très bon moment.
Vous l'aurez compris, le synopsis nous fait penser à une romance. Bien sûr nous avons de l'amour, mais, et c'est un grand MAIS, ce dernier va souvent est mis au second plan pour nous parler de deux autres choses chères à tout être: l'amitié et la famille. Cette dernière est symbolisée par la grande famille de Lane. Voilà six ans qu'elle a quitté le pays, sur ce que ses frères pensaient être un coup de tête, alors c'est certains, ils lui en veulent toujours. En revanche, on va peu à peu les voir retisser les fils qui les liaient, et avouer à chacun leurs fautes et leurs erreurs.
L'oncle de Lane, Harry, est un peu la pierre angulaire du roman. Beaucoup de choses sont rapportées à lui, et même sans l'avoir rencontré, je l'ai adoré. C'est un homme gentils, attentif, et calme, qui a su comprendre Lane lorsqu'elle n'avait personne à qui parler, et qui lui a toujours prodigué de bons conseils. C'est une figure paternelle presque idéale, à la fois un membre de sa famille et un grand ami. Je trouve qu'il joue ces deux rôles à la perfection, sans tomber dans les mauvais côtés de chacun.

L'autre point essentiel, est l'amitié. Ce lien unique qui lie deux êtres ne partageant pas le même sang, est exposé avec perfection. Les échanges silencieux, l'impression de se connaitre par coeur, les petites attentions... Voir Lane et Kale les partager suffit à nous montrer la force et l'importance de cet amitié qui les lie depuis toujours.

L'auteure joue habilement entre le passé et le présent. Alors qu'un chapitre nous plonge dans la vie actuelle de Lane, le suivant nous fait vivre un événement marquant de son passé. Jamais rien de futile nous est présenté. L.A. Casey a su choisir ceux qui avaient de l'importance pour comprendre la relation Kale-Lane ou ce qui les avait amené à changer. Ces souvenirs nous montrent l'évolution de leur relation de l'enfance à l'âge adulte, et j'ai adoré me replonger avec eux dans ces derniers.
Nous sommes seulement du point de vue de Lane, donc nous n'envisageons leur relation que depuis le prisme de ses yeux. De la reconnaissance envers Kale pour l'avoir protégé, en passant par l'attirance à l'adolescence, jusqu'aux premiers sentiments d'amour et de désir. C'est un peu comme se voir grandir en accéléré. On comprend ce que Lane ressent, et les erreurs qu'elle va faire dans chaque phase de sa vie, parce qu'on est, je pense, tous déjà passé par là. L'auteure nous décrit avec justesse les émotions, et laisse les propres souvenirs du lecteur les amplifier.

J'ai adoré la relation entre Kale et Lane. La jeune femme a peut être fait des mauvais choix, elle n'en reste pas moins adorable et humble. Kale, quant à lui, je l'ai aimé pour son côté protecteur, et même lorsqu'on sent le conflit grandir en lui, et qu'il cache des choses à Lane en pensant la protéger, difficile de le détester. La vie les a séparé, et ils ne sont pas arrivé à surmonter tous leurs obstacles, mais elle a décidé de leur donner une seconde change, en leur permettant d'enfin s'expliquer et de parler à cœur ouvert, quelque soit la conclusion de cet échange.

Beaucoup de thèmes sont abordés, comme la fragilité de la vie, le fait de ne pas faire des choix à la place de ceux qu'on aime, ou encore d'avoir peur du regard des autres, au risque de se faire du mal autant qu'à l'autre. L.A Casey nous raconte cette histoire tout en tendresse, même lorsque la colère domine ses personnages.

Il s'agit d'un roman d'amour, d'amitié et de famille que vous recommande à 1000% !

mardi 26 juillet 2016

Ceci n'est pas qu'une comédie romantique - Julie Grêde



ContemporainRomance

VF Lu en VF
NVO Auteure francophone
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NNE Standalone


Resume
Lorsque Bébé se réveille en sursaut dans un avion qui atterrit au coeur des montagnes enneigées, elle se demande ce qu'elle est venue faire dans cette galère. L'explication est en fait très simple : elle s'est fait retourner le cerveau par sa meilleure amie. La voilà coincée pour deux semaines dans un chalet somptueux parmi des amis trop fêtards, le genre à faire couler le champagne à flots. Tout ce qu'elle déteste. Tout ce dont son coeur cabossé n'a pas besoin. C'est du moins le programme de départ. Une fois arrivée. Bébé apprend qu'une tempête cloue tous les avions au sol. Qu'elle sera seule dans ce chalet ultra design. Sauf que... Sauf que derrière la porte, l'ambiance est plus tamisée que prévu, et bien moins solitaire. Un blond aux yeux verts "bientropbeaupourêtrevrai" lui a préparé des Saint-Jacques et l'attend. Il est décidé à lui faire avouer tous ses secrets. Peut-être qu'elle va adorer ça.


Lorsque Julie Grêde m'a proposé de lire sa dernière romance, j'ai tout de suite foncé. Premièrement parce qu'il s'agit d'un genre que j'adore. Et deuxièmement parce que le synopsis doublé de cette couverture cocooning m'a tout de suite séduite. Et vous savez quoi ? Ce petit roman se dévore comme du pain chaud ou une bonne tasse de chocolat chaud !

Ici, nous nous réveillons dans la peau de Bébé qui vient de sursauté alors que son avion atterrit sur le tarmac. Cette dernière a été entraînée par sa meilleure amie pour venir passer les fêtes de fin d'année dans son chalet à la montagne. Sauf que Bébé va rapidement découvrir qu'elle est la seule dont l'avion a été autorisé à décoller, et qu'elle va devoir passer quelques jours seule au chalet. Enfin, pas vraiment seule, puisqu'un beau blond, cuisinier, bien trop beau pour être vrai, y a lui aussi déposé ses bagage.

« Dieu grec : recheck. Enquête terminée, conclusion : Apollon parfait, gros risque de damnation même pour la plus prude des saintes. »


Vous l'aurez compris, on peut sentir d'ici comment les choses vont se dérouler. Et pourtant ! L'auteure a su me surprendre avec des retournements de situation que je n'avais pas vu venir. Le récit est rapide, et se concentre sur les quelques jours que les personnages vont passer ensemble, mais on n'apprend pas moins à apprécier et comprendre ces derniers.
Bébé est une jeune femme avec la tête sur les épaules, et qui a vécu une situation amoureuse complexe, qui l'a laissé presque brisée. Ce qui m'a le plus rapproché d'elle, c'est son aversion pour l'alcool. N'en buvant pas moi-même, j'ai compris toutes ses réactions vis-à-vis des copains de beuverie de sa meilleure amie. Elle n'est aussi pas du genre à foncer tête baissée dans une nouvelle relation, mais elle n'en est pas plus froide avec notre beau blond.
Ce denier a aussi des choses à nous révéler, et il n'est pas aussi parfait qu'on pourrait le croire. Cependant, je vous avoue que toutes ces petites attentions m'ont fait craquer !

« Merci pour tous ces compliments, Bébé. Connaissant Lo depuis pas mal de temps, je comprends que tu puisses envisager un tel scénario mais... je ne suis pas chippendale, donc si tu veux un effeuillage, il va falloir attendre un tout petit peu, histoire de faire plus ample connaissance. (Après une hésitation) Un chouia. »


Un petit jeu d'Action-Vérité va prendre place entre nos deux protagonistes, et j'ai adoré voir ces deux adultes, que la vie n'avait pas gâter, apprendre à se connaitre via ce jeu d'adolescent. Rien de trash ou d'invraisemblable, juste deux personnes en quête de réconfort et de quoi se distraire, essayant de révéler des vérités qu'ils ont du mal à exprimer autrement.
Le roman a beau être court, les sentiments ne vont pas trop vite. Ils sont mesurés et juste assez complexe pour me séduire !

Julie Grêve m'a une nouvelle fois conquise avec ses références littéraires, et cinématographiques. Certains étant les mêmes que les miens, j'ai totalement plongé dans le récit. Et puis, cette ambiance Noël, feutrée et très cocooning qu'on retrouve sur la couverture, m'ont donnés envie de prendre une bonne couverture et de lire au coin du feu ! Après tout, un chalet perdu au milieu de la montagne, entouré de neige, avec un beau blond, ça fait rêver non ?

En conclusion, c'est une petite romance que je recommande à toutes, que l'on soit en hiver ou en été, on n'en est pas moins plongé au coeur d'un chalet perdu au milieu de la montagne.