mardi 18 octobre 2016

Ne retournez jamais chez une fille du passé - Nathalie Stragier



ContemporainYoungAdult

VF Lu en Version Française
NVO Non traduit
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NE Suite: Ne dites jamais jamais


Resume
Pénélope est de retour à notre époque : la suite de Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous ! Ne retournez jamais chez une fille du passé ... parce que vous pourriez tomber folle amoureuse d'un garçon du Moyen Âge. ... parce que vous n'êtes pas la seule voyageuse du futur, et là, préparez-vous à un choc. ... parce que vous êtes nulle en histoire, et qu'une petite erreur de date peut mettre en danger l'humanité.


Après un premier tome très intéressant, et avoir découvert le titre de ce second opus assez révélateur, j'avais envie de retrouver Pénélope et Andréa dans leur folle aventure. Qu'est-ce que l'auteure nous réservait cette fois-ci ? Croyez-moi, beaucoup de choses auxquelles je ne m'attendais pas !

La première chose que j'ai apprécié, c'est de découvrir le point de vue de Pénélope, notre voyageuse du futur. Souvenez-vous: pour le premier livre, j'avais regretté de ne pas pouvoir voir notre société de son point de vue. Ici c'est chose faites, et malgré son premier voyage dans le temps, elle a encore beaucoup de préjugés à défendre !

L'intrigue, bien que proche du premier tome, comporte assez de retournements de situation, et de suspens, pour enchanter le lecteur. Bien sûr, certaines choses sont prédictibles, mais l'introduction de nouveaux personnages et le fait que Pénélope dévoile un peu plus du futur, suffit pour qu'on ne s'en rende pas compte.
Encore une fois, la vision de Pénélope sur notre société m'a enchanté. J'ai aimé ses réactions disproportionnées face aux hommes, sa découverte de l'amour et du rejet, mais aussi son innocence lorsqu'elle se rend compte qu'à son époque aussi, on lui a menti sur beaucoup de choses. Ses piètres compétences en histoire vont lui jouer des tours, mais pour notre plus grand bonheur bien sûr.

Les sentiments amoureux qu'elle développe pour Pierrick, m'avaient paru un peu rapide et pas assez exploité dans le premier tome. Cette fois, ils sont au coeur du roman. L'adolescente a grandit, et cela se voit sur sa façon d'agir avec le frère d'Andréa. Comme toutes celles qui découvrent l'amour à quinze ans, elle n'ose pas aller vers lui, tout en étant attiré, et surtout elle a peur de son rejet, et qu'il lui brise le coeur.

Pour finir, j'ai senti que les personnages avaient évolués. On est confronté à des sujets plus difficiles, et qui les touchent directement. La mort, la politique et la manipulation des masses... Cela apporte une composante plus mature à ce deuxième tome.

Pour finir, la fin a moins des allures de point final. Elle annonce directement le troisième tome, qui je pense sera tout aussi intéressant que les deux premiers !

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous - Nathalie Stragier



ContemporainScience Fiction

VF Lu en VF
NVO Auteure francophone
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NE Suite: Ne retournez jamais chez une fille du passé


Resume
Une comédie à suspense décapante et addictive ! Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous... ... parce que pour elle, votre monde ressemble au Moyen Âge. ... parce qu'elle sera envahissante, agaçante, imprévisible. ... mais surtout, parce qu'elle détient un secret terrible. Et c'est à vous qu'elle va le confier. Une fille du futur se retrouve coincée en 2019. Elle s'appelle Pénélope, et elle est sacrément paniquée, car pour elle, 2019, c'est la fin du Moyen-âge tardif, une époque barbare où on mange de la viande, et où la vie est pleine de dangers...Andrea, jeune lycéenne sans histoire, qui rêve de liberté et de nouveauté, prend la pire décision de sa vie en acceptant de l'aider. Car Pénélope est envahissante, maladroite et imprévisible...Et surtout, elle détient un secret sur notre avenir qu'elle ne doit vraiment, vraiment pas révéler.


Un Young Adult rafraîchissant, entraînant et qui nous amène à réfléchir sur notre société actuel. Bref un bon moment de lecture pour ce premier tome de trilogie.

Ici, nous nous immisçons dans la vie d'Andrea, une lycéenne de seize ans en plein préparatifs de ses grandes vacances qui arrivent à grand pas. Rien d’extraordinaire dans sa vie...jusqu'à ce que Pénélope y débarque ! Déphasée, débitant quelque charabia incompréhensible, et surtout incapable de dire d'où elle vient, elle demande à l'aide à Andrea pour rentrer chez elle. Sauf que chez elle ce n'est pas un "où" mais un "quand".

« Quand nous voyageons dans le temps,nous ne voyageons pas dans l'espace.Nous restons exactement où nous sommes. »


Ce que j'ai préféré dans ma lecture, c'est ce côté humour que l'auteure insère dans son récit. Pénélope, venant du futur et considérant notre époque comme le moyen âge, a vraiment du mal à comprendre notre façon de vivre, alors que pour nous cette dernière est innée. Elle va faire quelques impaires, et j'ai beaucoup rit de ces derniers.

Sa venu du futur lui confère aussi un élément de comparaison avec sa société, cent ans plus tard. Elle n'hésite pas à nous juger, et à exprimer ses opinions à haute voix. J'ai beaucoup aimé cette composante du livre. Sans prendre un quelconque parti, l'auteure nous présente une nouvelle vision de notre société, à travers les yeux d'une jeune fille qui a vécu d'une manière totalement différente. Je ne vous révélerais pas en quoi cette dernière l'est, au risque de vous spoiler, mais elle permet à Pénélope de voir les choses sous un angle totalement différent. Par la voix de ce personnage, Nathalie Stragier nous oblige en quelque sorte, à nous poser des questions sur notre mode de vie, et notre culture. Elle nous propose un point de vue assez innovant pour nous aider à entrevoir ce qui est saint ou malsain dans ces derniers. Là encore pas de jugement, car Andrea et Pénélope prônent le pour et le contre. Nous, lecteurs, sommes les seuls à en tirer les remises en question et conclusions que nous souhaitons.

« Non,tu choisis ton jean selon la mode et aussi selon ton âge.Les vieux ne mettent pas les mêmes jeans que les jeunes.Enfin,parfois si,mais quand les vieux commencent à mettre les mêmes modèles que les jeunes,les jeunes changent de mode. »


On s'attache rapidement à nos deux jeunes femmes pétillantes, un peu casse cou, mais pleines de vie. Entre les angoisses de n'importe quelle étudiante de seize ans, et celles d'une autre perdue loin de chez elle, il est facile de les comprendre et de rentrer dans leur tête.
En lisant le synopsis on s'attend à ce que Andrea et Pénélope essaient de trouver un moyen pour que cette dernière rentre chez elle. C'est effectivement le cas, mais les événements vont prendre une tournure à laquelle je ne m'attendais pas du tout. Cela rajoute un peu de piquant à l'histoire et lui donne quelque chose de bien plus intéressant.

S'agissant d'un Young Adult pas excessivement long, certaines scènes, émotions ou développements de sentiments entre les personnages, se passent très rapidement. J'aurais aimé que certaines choses prennent plus de temps, ou soient plus élaborées, mais bon, je ne vais pas m'arrêter là-dessus. Peut être un simple petit bémol sur la fin pour Andrea. La dernière décision qu'elle prend va, je trouve, en contradiction avec ce qu'elle prône dans tout le reste du livre, mais je laisserais cette dernière sur le compte de sa jeunesse et de sa prise de décision trop rapide.

Secret, amour, trahison, suspens, un vaste étendu de sujets pour un premier tome rafraîchissant et plein de vie !

mardi 11 octobre 2016

Zalim - Carina Rozenfeld



FantastiqueYoungAdult

VF Lu en Version Française
NVO Non traduit
3E Narrateur: 3ème personne
XP Nombre Narrateurs: X personnages
NE Suite: Non titré


Resume
Un royaume d’un autre monde, ressemblant fort à notre Norvège, est en proie à la guerre. Il invoque un démon pour l’aider à gagner, qui choisit alors un hôte humain inconnu. Cet hôte oublie son identité humaine à chaque fois que le démon se réveille et le possède, et n’a plus conscience de ses actes.

Qui est l’hôte ? Dans quel camp est-il ? Va-t-il réussir à prendre le dessus sur le démon pour le maîtriser ?


Ce livre, à la croisée de la fantaisie et du steampunk, m'a fait voyager pendant ses quelques pages. Ses paysages à couper le souffle, ses multiples personnages et son intrigue dynamique, nous font oublier le temps de sa lecture nos petits traquas quotidiens.

Dans ce pays froid, vallonné et ancien, deux royaumes sont en guerre depuis ce qui semble être des millénaires. Alors que l'ennemi avance sur ses terres, le chef des armés décide d'invoquer un ancien démon, qui a valu a son peuple de nombreuses victoires dans le passé. Puissant mais terrifiant, ce dernier attaque quiconque se trouve sur son chemin, qu'il soit allié ou ennemi. Cependant, ce n'est pas la plus grande peur des habitants du royaume. Non, ce qui les terrifie, c'est qu'il choisi toujours un hôte humain, et que ce dernier oublie totalement qui il est.... Mais qui possédera-t-il cette fois ?

Le cadre du roman est rafraîchissant et reposant. Certes, nous parlons de guerre et de démon, mais à côté de cela, Carina Rozenfeld nous décrit des paysages magnifiques, et la vie d'un petit village se préparant à l'arrivée de l'hivers imminente. Le mélange de fantaisie et de steampunk est aussi très plaisante. Je ne m'y attendais pas, mais cela ajoute quelque chose de plus au roman, que je n'avais alors jamais rencontré jusqu'ici.

Les personnages sont multiples, mais on apprend très rapidement à les connaitre. Ils viennent de plusieurs horizons, et nous offrent chacun un point de vue différent sur les événements qui vont se produire. De la princesse en pleine remise en question, jusqu'au soldat ennemi, les caractères et les passés sont divers, et pourtant je me suis attaché à tous. L'auteure est même arrivée, à me faire changer d'avis sur un personnage que j'ai détesté au premier abord, et croyez-moi, ce n'est pas toujours simple !
Bon, bien sûr, tout le monde n'a pas de bonnes intentions, et ils doivent tous se méfier des uns des autres à l'heure où la guerre fait rage. Nous assistons à des conflits intérieurs, des remises en question, et des doutes. Le lecteur peut se prendre au jeu de deviner les intentions de chacun, mais il sera souvent étonner de la réaction de certains. Je peux en tout cas vous dire, qu'à la fin de ce premier tome, je ne sais toujours pas qui va faire quoi, et c'est presque grisant !

L'intrigue est dynamique. Bien qu'elle nous accorde quelques pauses, on ne s'ennuie pas au cours de la lecture. Le changement très fréquent de point de vue, ainsi que l’enchaînement assez rapide des événements gardent l'intérêt du lecture éveillé. J'avais deviné qui était l'hôte du démon, mais Carina Rozenfeld a quand même réussi à me faire douter jusqu'à la fin !

Pour finir, ce que j'ai aimé, c'est que l'histoire ne s'arrête pas brusquement, et surtout tout ne s’enchaîne pas trop vite. Au contraire, la suite est amené avec suspens et il me tarde de la découvrir.

mercredi 14 septembre 2016

This Savage Song - V.E. Schwab



DystopieFantastique

VO Lu en VO
NVF Non traduit
1I Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnages
NE Suite: Our Dark Duet


Resume
There’s no such thing as safe in a city at war, a city overrun with monsters. In this dark urban fantasy from author Victoria Schwab, a young woman and a young man must choose whether to become heroes or villains—and friends or enemies—with the future of their home at stake. The first of two books.

Kate Harker and August Flynn are the heirs to a divided city—a city where the violence has begun to breed actual monsters. All Kate wants is to be as ruthless as her father, who lets the monsters roam free and makes the humans pay for his protection. All August wants is to be human, as good-hearted as his own father, to play a bigger role in protecting the innocent—but he’s one of the monsters. One who can steal a soul with a simple strain of music. When the chance arises to keep an eye on Kate, who’s just been kicked out of her sixth boarding school and returned home, August jumps at it. But Kate discovers August’s secret, and after a failed assassination attempt the pair must flee for their lives.


Ayant entendu énormément de bien à propos de cette auteure, j’ai eut envie de tenter l’expérience avec une de ses dernière sortie. Cette dystopie avait tout pour me convaincre, et elle l’a fait avec brio.

This Savage Song, c’est l’histoire d’une ville ravagée par des monstres nés des crimes des hommes, et coupé en deux. Le nord est dirigé d’une main de fer par Harker, un homme sans foi ni lois, qui vend sa protection, tandis que dans le sud l’armée de Flynn, protège du mieux qu’elle peut tous ceux qui y vivent. Kate Harker veut devenir aussi forte et impitoyable que son père. August, souhaite simplement être aussi humain que le sien. Malheureusement, il est tout ce que les hommes redoutent. Alors que la paix entre les deux familles est mise à mal, Kate et August vont devoir travailler ensemble pour la maintenir.

« The beautiful thing about books was that anyone could open them. »


La dualité entre Kate et August est très bien menée par l’auteure. J’ai adoré voir que pour une fois, c’est la jeune femme qui est présentée comme badass, et l’homme qui se retrouve être bien plus soft. Bien sûr, August cache aussi des côtés plus noirs, mais il est en général bien plus doux et gentils que Kate. Malgré cette différence de caractère, V.E. Schwab ne rentre pas dans les clichés. Les deux jeunes gens que nous suivons, ne sont pas tout noir ou tout blanc. Ils se sont forgé une carapace pour vivre dans ce monde dangereux, mais ils cachent au fond d’eux autant de peurs, et de cauchemars que n’importe quel jeune de leur âge.

Les voir évoluer ensemble était très intéressant. Ces deux enfants d’ennemis jurés devraient se haïr, et pourtant, ils ne se laissent pas aveugler par la haine de leurs parents. Ils ne se font cependant pas confiance à cent pour cent, d’où les moments de doutes, et les situations étranges auxquelles ils vont faire face. On ne sait jamais si l’un va trahir l’autre en le livrant à sa famille, ou s’ils vont continuer à travailler ensemble. Tout va tellement vite, que nous avons peu le temps de connaître tout de ces personnages, et cette part de mystère nous laisse dans le suspens. Ce qu’on pense croire de l’un ou l’autre pourrait bien se révéler faux, et tous les plans que nous avons échafaudés être réduits à néant !

« People are users. It’s a universal truth. Use them, or they’ll use you. »


J’ai été touchée par les deux personnages. August par sa recherche d’humanité, son envie d’être plus que ce que tout le monde considère, et Kate par celle d’être acceptée par son père, et de vivre comme n’importe quelle famille. Elle s’y prend peut être de la mauvaise façon, mais on comprend que ce qui motive ses actions est bien plus que l’envie de diriger une partie de la ville. Elle veut simplement retrouver l’amour de son père.
La composante musicale amenée par August (et devinée dans le titre), apaise notre lecture, et je trouve est très bien intégrée à toute l’histoire. Elle amène un peu de douceur dans ce monde de brute.

« We are the darkest acts made light. »


L’action est quasiment sans interruption à partir du moment où elle démarre. Le début du roman permet la mise en place des éléments importants, et il est très rapide. Ensuite, nous avons à peine le temps de souffler. Dès que nous avons l’impression que nos protagonistes sont enfin tirés d’affaire, quelque chose d’autre vient chambouler la balance. Vous l’aurez compris, il n’y a donc pas vraiment de place pour une amourette, et étrangement j’ai aimé cela. Nous nous concentrons vraiment sur l’intrigue principale, sans nous laisser détourner de l’objectif par des sentiments amoureux, que j’aurais eu du mal à voir éclore au vue des circonstances.

« It was a cycle of whimpers and bangs, gruesome beginnings and bloody ends »


L’auteure a construit un monde dystopique novateur. Un mélange de post apocalypse, dans un monde encore proche du nôtre, et avec des monstres tout à fait nouveaux. La mythologie qu’elle a construit autour des différentes races de ces derniers m’a fasciné. Au final nous en savons assez peu, tout comme les personnages que nous rencontrons, mais c’est assez pour éveiller ma curiosité, et avoir envie d’en découvrir plus dans la suite. V.E Schwad a donné vie aux crimes des hommes, en leur associant la création d’un monstre plus ou moins dangereux en fonction de la gravité de ce dernier. C’est l’homme qui a créé son pire ennemi, en commettant ces actes horribles que nous voyons bien trop souvent aux informations. Pour une fois ce n’est pas une expérience chimique, ou la nature, qui a transformé notre monde, c’est nous même en réalisant des crimes inhumains !

Ne vous attendez pas à une partie de plaisir en ouvrant ce livre. La violence est est peinte sur toutes les pages, et elle vous fera plonger dans ce monde sombre et sans pitié jusqu’à ce que vous aillez dévoré toutes les pages.
Pour moi ce premier tome est une réussite, et j’attends bien évidemment la suite !

mercredi 7 septembre 2016

Les Michetonneuses - Rose Emilien



Contemporain

VF Lu en Version Française
NVO Auteure francophone
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NNE Standalone


Resume
Heaven Alighieri est trop belle pour être pauvre. Un principe comme un autre auquel croit dur comme fer cette jeune michetonneuse. Pour subvenir à ses besoins, elle écume les soirées branchées de la capitale avec ses inséparables copines : Anissa la pulpeuse, Stéphanie la blonde fashion addict, et Maya l’intello qui carbure à la poudre. Armées de leur plastique de rêve et d’un culot à toute épreuve, prêtes à toutes les folies pour un sac Chanel, une paire de Louboutin ou une robe Azzeddine Alaîa, nos quatre bombes sexuelles rivalisent d’ingéniosité pour épingler le gros poisson : champions de foot, artistes, hommes d’affaires … tout mâle est bon à prendre pourvu qu’il ait une carte Infinite Black, meilleur aphrodisiaque pour ces courtisanes des temps modernes.

Insouciante mais bien déterminée à se faire une place au soleil, Heaven ne lésine pas sur les stratagèmes pour accrocher ses conquêtes. Mi-Nana, mi-Zahia, son existence est rythmée par des déjeuners avec des hommes mariés, des séances de sport pour garder la ligne et des virées shopping rue Saint-Honoré.

Mais le jour où Heavy décide de séduire N., le rappeur à la mode, sa vie de champagne et de stilletos sur fond de rap-dancehall prend un nouveau tour…


Nous faisons la rencontre d'Heaven, une jeune métisse qui vit à Paris depuis quelques années. Pour elle et sa bande de copines toutes aussi belles les unes que les autres, ce n'est pas leur travail bien payé qui leur permet de se payer des chaussures ou des robes hors de prix. Non, ces demoiselles sont des michetonneuses, et passent leurs soirées à écumer les clubs branchés à la recherche de leur prochaine victime: un riche milliardaire, ou une star de la télévision, qui subviendra à leur besoin pour les prochaines semaines à venir.

Le plus gros point positif du livre, se situe pour moi dans la moral qu'il développe derrière cette histoire décalée. L'auteur nous montre en effet l’innocence de ces jeunes femmes, qui croient que leur beauté leur ouvrira la porte du monde. Elles sont prête à donner leur confiance à des gens qui finissent par se retourner contre elles, qu'ils soient de leur cercle proche ou non. Ce monde ressemble en tout point à celui des paillettes: tout le monde est prêt à tout pour rester au top, même à trahir des personnes qu'ils affectionnent.

Ces personnages sont hétéroclites nous font entrer dans un Paris branché, souvent inaccessible à des personnes comme moi. Heaven et ses amies sont d'origines très différentes, et on retrouve cela dans leur caractère et leur façon de réagir à un même événement. La gente masculine aussi balaie tous les genres. De l’arrogance à la tendresse, ils ont chacun leurs bons et leurs mauvais côtés (même si certains ont quand même plus de mauvais !)

J'ai malheureusement eut du mal à m'attacher à Heaven, notre personnage principal. Nous n'avons certes rien en commun, mais de cela, j'étais consciente avant d'ouvrir le livre. Ce n'est pas ce point qui m'a rebuté, mais plutôt son langage. Je suis tout à fait consciente que beaucoup de personnes de mon âge parlent de cette façon aujourd'hui, mais j'ai toujours autant de mal à m'y faire. Dans la bouche d'une femme, et surtout dans un livre, je trouve que cela jure.
Je ne cherche pas là à critiquer l'auteure, car je sais qu'elle a voulu peindre son histoire au plus proche de la réalité. Ce que je veux dire là, c'est qu'avec moi ça ne l'a pas du tout fait. J'ai à chaque fois buté sur ces mots et ces phrases mal construites. De plus, le point de vue subjectif parsème le récit de ces derniers et non seulement les dialogues, et c'est ce qui m'a fait sortir de ma lecture à chaque fois. Je pense que si ces derniers ne m'avaient pas tant rebuté, j'aurais eut un avis bien plus positif sur cette lecture.

L'autre petit bémol se situe pour moi à la fin du roman. Certes elle est plus amère que le reste du récit, et non avare en rebondissements, mais je n'ai pas compris le dernier paragraphe. Notre héroïne a apprit de ses erreurs, et a grandi, et même si je ne m'attendais pas à une fin fermée, j'ai l'impression qu'elle ne prend pas de vrai décision, et qu'elle va continuer à vivre selon le mode de vie michetonneuse, au lieu d'aller de l'avant. Peut être n'ai-je tout simplement pas saisie tout le sens de la dernière phrase, mais c'était mon ressenti.

Pour résumé, il s'agit là d'une lecture instruisante, qui m'a permis de découvrir un nouveau "monde", mais qui me laisse un peu amère à cause de mon aversion pour ce langage vulgaire qui se développe de plus en plus.

jeudi 1 septembre 2016

Loin de tout - J.A. RedMerski



New AdultRomance

VF Lu en Version Française
VO Titre en VO: The Edge of Never
1I Narrateur: 1ière personne
2P Nombre Narrateurs: 2 personnage
NE Suite: Près de toi


Resume
Après avoir perdu son premier amour dans un accident, Camryn, 20 ans, plaque tout pour partir à l'aventure. c'est alors qu'elle rencontre Andrew, qui n'a pas été épargné par la vie lui non plus. Camryn a beau s'être juré de ne plus jamais tomber amoureuse, l'amour se révèle à elle sous de multiples facettes au cours de ce voyage. Un road trip improvisé qui marque le début d'une nouvelle existence exaltante. mais l'insaisissable Andrew cache un secret qui peut les lier à jamais ou les détruire pour toujours...


Voilà une lecture dont j’avais entendu beaucoup de bien. Un road trip à travers les Etats-Unis, une jeune femme au passé tragique, et une rencontre inoubliable. Malheureusement pour moi, ce voyage ne m’a pas tant enchanté.

Nous faisons la rencontre de Camryn, la vingtaine, et une vie compliquée depuis la mort de son petit-ami. Elle décide alors, de but en blanc, de partir sur la route, pour essayer de se retrouver. C’est dans un de ces bus traversant le pays qu’elle va rencontrer Andew, un jeune homme charmant, qui va l’aider à se retrouver elle-même. Cependant, ce dernier semble cacher un secret qui pourrait bien mettre fin à leur voyage.

« Cette fille vient de me caresser l'âme du bout des lèvres. »


La première partie du roman était très agréable. J’ai bien aimé le tempérament un peu rebelle de Camryn, ainsi que son côté plus dépressif, qui la rendait bien réelle. Bien que l’accident de son petit-ami ait eut lieu il y a des années, elle a du mal à se remettre de cette étape complexe de sa vie. Sa meilleure amie Nath, pleine de vie, et joyeuse m’a aussi beaucoup plû.

La rencontre entre Camryn et Andrew est très bien amenée par l’auteure. Je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre, mais je ne voulais pas quelque chose comme “On vient de se rencontrer: et si on partait en voyage tous les deux.” Non, les circonstances sont très différentes, et, je pense, assez plausibles. Andrew est un homme en plein doute. Lui aussi est en train de vivre des moments difficiles, et pourtant, il réussit à faire sourire notre héroïne. Il a ce côté protecteur à faire craquer, et surtout, un humour qui se marie à la perfection avec celui de Camryn.

« Les meilleurs amis, peu importe ce qu'ils font, ne vous blessent autant que parce qu'ils sont, justement, vos meilleurs amis. »


En fait ce qui m’a dérangé, c’est tout ce qui va se passer à partir d’une certaine scène, la première un peu olé-olé. L’auteure va alors s’orienter vers une toute autre voie: celle du plaisir et la découverte sexuelle. Ce n’est pas que le sujet ne me plaît pas, mais j’ai trouvé qu’il ne se mariait pas vraiment avec le thème du livre. De plus, Andrew et Camryn vont alors commencer à succomber l’un à l’autre, et cela va se réaliser trop vite à mon goût. C’était trop peu réaliste. D’un seul coup, ces deux personnes qui ne se connaissaient ni d’Adam ni d’Eve il y a quelques jours, couchent ensembles et parlent presque de grand amour… J’aurais aimé voir plus de doute, et j’ai faillis le voir… avant que tout retombe trop vite à l’eau…

« Peu importe ce que tu as sur le dos, ce qui compte, c’est où tu vas et ce que tu fais. »


Je n’ai pas non plus été touchée par les personnages. Je crois que j’ai mis beaucoup de distance entre eux et moi, ce qui ne m’a pas aidé à plonger dans le récit. La fin est peut être un peu trop “grosse”. On sent la chose venir quelques chapitres plus tôt, et je n’ai pas non plus été émue par ce qu’il va en découler.

Bref, il ne s’agit pas pour moi d’une lecture réussi. Peut être a-t-elle été teintée par mes dernières lectures coup de coeur, néanmoins ce n’est pas un livre dont je me souviendrais.

mardi 30 août 2016

Charley Davidson - Darynda Jones



ContemporainFantastique

VF Lu en VF
VO Titre en : First Grave on the Right
1I Narrateur: 1ière personne
1P Nombre Narrateurs: 1 personnage
NE Suite: Deuxième Tombe sur la Gauche


Resume
Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C’est moi.

Mon nom c’est Charley et je suis la Faucheuse.

Les morts, je connais : j’en vois depuis que je suis née. Des fois, je les aide à faire des trucs du genre laisser un mot à leurs proches ou traquer leur assassin... Ça tombe bien parce que je suis aussi détective privée ! Pratique, non ? Ce qui l’est moins, c’est que les gens autour de moi ont du mal à y croire. Comme Swopes, l’agent avec qui je bosse : je voudrais qu’il me lâche un peu la grappe.

Cela dit, je pourrais le gérer si je n’avais pas d’autres chats à fouetter... comme ce bel inconnu qui vient me rendre visite toutes les nuits dans des rêves torrides et dont j’aimerais bien découvrir l’identité...


Cette héroïne pleine d’humour, m’a surprise dans le bon sens du terme, et m’a divertie avec son histoire peu commune et surtout pas prise de tête.

Charley n’est pas une jeune femme comme les autres. Depuis sa plus tendre enfance, elle peut voir ceux qui ne sont pas passés de l’autre côté. Les aider à accomplir leurs derniers souhaits, et surtout prêter main forte à son oncle pour résoudre des enquêtes de meurtre, tout en tenant son cabinet de détective privé, voilà ses buts dans la vie. Ah oui, et bien sûr, découvrir qui est le personnage principal des rêves érotiques qui s’emparent d’elle chaque nuit depuis quelques semaines.

« L'important, dans la vie, ce n'est pas de se découvrir soi-même. C'est le chocolat. »


Charley nous emmène dès les premières pages dans vie un peu déjantée. On a l’impression qu’elle ne s’arrête jamais ! Le lecteur n’a pas vraiment le temps de souffler, car elle a toujours une quantité de choses à faire, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel. Au moins, on ne s’ennuie pas !
J’ai beaucoup aimé son humour un peu décalé, surtout envers les morts. Elle n’hésite pas à les taquiner, et surtout à rire de son étrange don. Peu de personnes en connaissent la nature, et c’est assez loquace de voir ceux qui l’apprennent en action. Comme beaucoup, ils font tout pour la croire folle plutôt que d’accepter que ce qu’elle dit est vrai. Derrière cette façade un peu dure, on sent que les choses l’affectent plus qu’elle ne le laisse entrevoir. Le rejet des autres, ce fardeau dur à porter, tout ce qu’elle aurait préféré ignorer… Ce n’est pas toujours simple d’être dans sa peau.

« Faire semblant de boire du café, c'était comme stimuler un orgasme. Où était le plaisir la-dedans, je vous le demande? »


Ce que j’ai aimé aussi, c’est ce côté un peu badass. Elle n’a pas peur de se mettre en danger, surtout pour faire éclater des vérités. Bon, je suis d’accord, parfois elle en devient un peu casse-cou, mais cela va tellement bien avec son personnage.
A côté, nous en avons une ribambelle d’autres personnages, tous aux caractères et passés différents. Cookie, sa meilleure amie, est tout aussi rigolote qu’elle, son oncle a l’air d’un gros nounours, et puis surtout, il y a cet homme mystérieux qui éveille la sensibilité de Charley, et la laisse en émoie. Il apporte beaucoup de sensualité à l’histoire, ainsi que du mystère. J’ai aimé que cette quête sur son identité, se superpose à l’intrigue principale du livre, à savoir la résolution d’un triple meurtre. Comme je le disais plus haut, on n’a pas vraiment de quoi s’ennuyer entre les problèmes à résoudre dans sa vie personnelle, et dans sa vie professionnelle.

« Je m'étais effondrée comme une cow-girl ivre essayant de danser le madison sur du Métallica. »


Pour finir, cette mythologie autour des fantômes et de la mort, que l’auteure a développé ici, est très intéressante. Nous découvrons certaines choses en même temps que Charley, cette dernière nous en conte d’autres, mais on se rend vite compte qu’elle-même ne sait pas tout. Je pense que les autres livres nous réservent encore des surprises et des rebondissements !